Arboriculteur/Arboricultrice: Il faut investir dans l’avenir pour récolter le succès

23.08.2016

Arboriculteur/Arboricultrice: Il faut investir dans l’avenir pour récolter le succès

Travailler au rythme de la nature. Vivre à fleur de peau le développement de la fleur au fruit mûr. L’arboriculteur réalise exactement ce rêve. Il accompagne les arbres fruitiers tout au long de l’année, les soigne et finit par récolter le fruit de son travail.

Une formation qui a du mordant

En Suisse, deux instituts agricoles proposent des formations sur trois ans d'arboriculteur/arboricultrice CFC, l'école d'agriculture de Châteauneuf pour la Suisse romande et Strickhof près de Winterthur pour la Suisse alémanique. La formation pratique a lieu sur deux exploitations formatrices parmi une quarantaine. Changer d'exploitation formatrice offre divers avantages. Les apprentis découvrent ainsi des cultures et des approches de solution différentes, ce qui est bon pour leurs connaissances techniques. C'est une des raisons pourquoi les arboriculteurs qualifiés sont recherchés et polyvalents.
Cette année encore, dix-huit jeunes professionnels ont reçu avec fierté leur certificat fédéral de capacité d'arboriculteur/arboricultrice.

De la variété toute l'année

Les tâches des arboriculteurs sont très variées et s'alignent sur l'évolution de la nature. Au printemps, les arbres repartent reposés pour une nouvelle année. Il faut donc faire en sorte qu'ils reçoivent assez de nutriments et qu'ils soient à l'abri de la grêle et de la sécheresse. Les jeunes fruits sont sensibles aux maladies et les jeunes feuilles sont très appréciés des pucerons et autres ravageurs. « Seul un arbre en santé pourra produire des fruits irréprochables. » C'est pourquoi l'arbre doit rester en santé. Les auxiliaires qui contiennent les populations de ravageurs assistent en cela les producteurs. Aussi les produits phytosanitaires s'appliquent exclusivement selon des directives sévères selon le principe « le moins possible mais autant que nécessaire ».
Puis au printemps, l'objectif est d'optimiser la qualité fruitière. Il faut, pour ce faire, exposer les fruits à la bonne lumière. Puis il sera temps de cueillir les premiers fruits d'été dont les petits fruits, les cerises ou encore les pruneaux. Pour obtenir la meilleure qualité possible pour les pommes et les poires, on élimine précocement les fruits de qualité médiocre. L'arbre ne gaspille ainsi pas d'énergie dans ces fruits.

L'automne est le temps des récoltes

Quand commence la cueillette des pommes et des poires, le calendrier de l'arboriculteur atteint son paroxysme. Les fruits de son labeur sont prêts à la cueillette. À peine cueillis, les fruits se vendent directement dans le magasin du producteur ou au grossiste, ou alors ils rejoignent l'entrepôt pour être vendus lot après lot tout au long de l'année.
La récolte terminée, le souffle retombe un peu. L'hiver est consacré à la remise en forme des arbres et aux réparations des infrastructures.

Nous avons éveillé votre intérêt ? Pour en savoir plus, vous pouvez vous adresser à la Fruit-Union Suisse. Contact : david.stacher@swissfruit.ch


Plus d'articles