Des arbres emballés pour manger de bonnes cerises

31.12.2025

Des arbres emballés pour manger de bonnes cerises

Panneaux de bordure de champ : Pourquoi ce filet ? Si les fruits ou les plantes doivent être protégés de la grêle, des insectes ou des oiseaux, alors les vergers sont couverts de filets.

Mais pourquoi emballe-t-on les arbres ?

Le temps est long de la floraison à la récolte et il peut se passer beaucoup de choses. Les producteurs déploient donc des filets au-dessus des vergers dès la fin de la floraison pour protéger les fruits naissants :

  • de la pluie et de la grêle : Les vergers intensifs et surtout les cerises en train de mûrir sont très sensibles aux intempéries. Elles éclatent facilement puis elles pourrissent.
  • des ravageurs : Les insectes n’arrivent carrément pas à entrer dans le verger, ce qui permet de réduire les applications de produits phytosanitaires, voire même d'y renoncer complètement.
  • des oiseaux

Mais les abeilles arrivent-elles encore à travailler ?

Les filets de protection étant déployés au-dessus des arbres après la floraison, ils ne gênent pas le travail des abeilles. Dès que les fruits sont cueillis, les filets sont repliés. La durée varie selon le temps et la région, mais elle est d’environ trois mois.

Rien ne passe ?

Le maillage du filet est choisi d’après le ravageur à écarter. La fermeture fiable et la réparation des dommages éventuels sont cruciales, car les ravageurs pénètrent rapidement dans la culture et s'y multiplient. Une surveillance étroite est nécessaire aussi sous le filet.

Existe-il aussi des inconvénients ?

Une bonne perméabilité à la lumière et à l’eau des filets laisse passer ce qu'il faut à la plante pour pousser. Si des bioagresseurs devaient pénétrer dans le verger couvert sous un filet intégral, ils risqueraient fortement de se propager rapidement. Car les filets protègent aussi les ravageurs des conditions météorologiques extrêmes et des ennemis naturels. La couverture totale sous filet signifie aussi plus de travail pour le producteur de fruits et l'enlaidissement passager du paysage.

La drosophile du cerisier

La drosophile du cerisier (Drosophila suzukii) originaire d’Asie est un envahisseur chez nous. Elle est devenue rapidement une menace énorme pour l’arboriculture et la viticulture dans toute l’Europe. Peu de temps avant la récolte, elle pond ses œufs dans les fruits avec son « dard ». Une fois éclose, la larve se nourrit de la chair des fruits qu’elle transforme en une sorte de purée. La lutte est difficile, car le ravageur attaque une vaste palette de plantes sauvages et cultivées et peut se multiplier rapidement. De plus, il est interdit d’utiliser des produits phytosanitaires peu de temps avant la récolte à cause du risque de laisser des résidus. Les vergers sont donc équipés de filets à maillage spécialement serré dès la fin de la floraison.


Articles similaires

Des filets pour lutter contre le moucheron asiatique

Le moucheron asiatique a fait son apparition en 2011 en Suisse. Dotées d’un dard à l’arrière du corps, les femelles percent la peau des fruits sains pour y pondre leurs œufs, desquels sortent des larves, qui se nourrissent de la pulpe des fruits.

Plus d'articles