La pomme en chiffres et en faits

16.09.2015

La pomme en chiffres et en faits

Le Fruit-Union Suisse détient un record du monde, car elle a réussi à présenter en 2011 à Zoug sur place et en direct 1300 variétés de pommes du monde entier. Les analyses génomiques attestent de l'existence de plus de mille variétés en Suisse. Dans cet article, nous avons rassemblé à votre intention d'autres informations intéressantes sur le fruit préféré des Suisses.

Il existe plus de 20 000 variétés de pommes à travers le monde. Le nombre de 20 000 variétés pour le monde entier révèle une diversité impressionnante. Certaines variétés sont parfaites pour le couteau et se croquent fraîches. D'autres donnent le meilleur jus de pomme, des anneaux de pommes exquis et autres délices. Mais le nombre de variétés ne doit pas occulter le fait qu'à travers le monde seule une petite poignée d'entre elles comme Gala, Golden Delicious, Braeburn et Jonagold représentent l'essentiel de la production de pommes de table.

Gala figure avec 33 000 tonnes de rendement parmi les variétés de pommes préférées des Suisses. Tout en-haut du classement on trouve encore Golden Delicious avec 25 000 tonnes et Braeburn avec 15 000 tonnes.

Les variétés anciennes: Certaines variétés n'existent plus que sur quelques arbres. Alant est de celles-là. Elle a été élue variété de fruit suisse de l'année en 2014 par l'association pour la sauvegarde du patrimoine fruitier. Elle est très rustique et résiste au feu bactérien. Il n'en existait plus qu'un seul arbre dans le canton de Berne. Mais Alant sert désormais à la sélection naturelle pour lutter contre le feu bactérien. La démarche consiste à l'hybrider avec d'autres variétés.

Les nouvelles  variétés: Gala a été sélectionnée en 1934 et est mentionnée en de nombreux endroits aux côtés des nouvelles variétés Maigold, Idared, Gala et Elstar. Des variétés nouvelles au sens propre du terme sont les variétés club portant des noms évocateurs comme Jazz ou Pink Lady. Les négociants et les producteurs collaborent étroitement pour l'obtention de variétés clubs. Le but est d'obtenir des variétés qui se défendent sur le marché et soient rustiques. Citons parmi les nouvelles obtentions prometteuses la variété Topaz. Résistante à plusieurs maladies dont la tavelure elle convient particulièrement à la production biologique.

Les variétés de garde : Il existe des variétés précoces à manger de suite qui ne se conservent pas, dont Gravenstein, Primerouge et Summerred. Il existe aussi des variétés d'automne qui se gardent jusqu'à cinq mois, dont Cox Orange, Elstar, Kidds Orange, Rubinette. Et puis il existe les variétés de garde qui peuvent se conserver jusqu'à une année en cellule frigorifique, dont Boskoop, Braeburn, Gala, Golden Delicious et Jonagold. Les pommes suisses sont en vente au détail toute l'année grâce aux techniques de conservation les plus récentes. 

Thurgovie, le Valais et Vaud : Les trois plus grandes régions productrices de pommes produisent ensemble plus des deux tiers de la production totale de quelque 140 000 tonnes par année. D'autres régions avec des cultures de pommiers assez importantes sont les cantons de St-Gall, Zurich, Argovie, Lucerne et Berne. 

142 000 tonnes de pommes ont été récoltées en 2014 en Suisse. Plus de 100 000 tonnes se sont vendues pour la table. 

5 441 terrains de football ou 3 885 hectares, c'est la surface totale cultivée de pommiers en Suisse.

15.8 kilogrammes Voici la bonne nouvelle du ministre de la santé Alain Berset : Les Suisses préfèrent les pommes au chocolat, car ils sont un peuple de mangeurs de pommes. Le sixième Rapport sur la nutrition en Suisse déclare une consommation par habitant de 15.8 kilogrammes. En deuxième position, on trouve la banane avec 9.3 kilogrammes. C'est le raisin de table qui décroche le bronze avec 4.5 kilogrammes. Et le chocolat dans tout ça? Si il figure en bonne place avec 11.7 kilogrammes, les pommes remportent la partie. Voici maintenant la mauvaise nouvelle. La consommation a diminué au cours des trente dernières années pour diverses raisons. Le fait est néanmoins que la pomme reste le fruit préféré des Suisses.

900 producteurs de fruits: Quelque neuf cents exploitations productrices de fruits produisent en Suisse des pommes de table et de transformation selon le standard de la marque d'origine Suisse Garantie.

Les pommiers en basse tige: Contrairement à une idée reçue, les pommes de table proviennent aujourd'hui presque exclusivement de cultures intensives comptant plusieurs milliers de pommiers. Donnons la parole à Adrian Seeholzer de Kleinwangen sur les rives du pittoresque lac de Baldegg : «La production fruitière est plus aisée et plus sûre sur des arbres petits. Les fruits sont de meilleure qualité grâce à davantage de lumière. Ces arbres nains offrent par ailleurs eux aussi un espace vital convenant parfaitement à plusieurs espèces animales et végétales.

L'exportation : Si l'économie fruitière suisse est tournée vers le marché intérieur, elle a quand même exporté 1 881 tonnes de pommes de table sur un total de 142 000. Ces exportations ont porté sur des variétés spéciales commercialisées via des canaux spéciaux. La bonne image de marque de la Suisse comme pays se réjouissant d’un environnement intact, d’air propre et des sols sains offrent des chances d'extension.

En vente :  La pomme est le seul fruit d'origine suisse qui soit disponible toute l'année. Pour voir le tableau saisonnier.

La conservation chez le particulier: Les pommes terminent leur maturation rapidement chez le particulier. Il faut donc les conserver au frais. L'abaissement de la température ralentit la respiration des fruits et du coup la dégradation qualitative. Il faut veiller à des températures basses, l'optimum étant 4 °C, une hygrométrie élevée et une ventilation maîtrisée. Des endroits adaptés sont les caves sombres, les garages à l'abri du gel ou encore les galetas frais. On peut aussi emballer les pommes dans des sacs plastique perforés. Si vous optez pour des sacs sans perforation, vous devrez éviter de les fermer hermétiquement, sous peine d'étouffer les pommes qui entreront en fermentation. Les caisses en sagex sur le balcon, au galetas ou à la cave sont un autre moyen de prolonger la conservation, l'hygrométrie y restant plus élevée. Pour l'auto-approvisionnement et l'entreposage à la cave sur claies, nous recommandons de cueillir les pommes un peu avant la maturité de consommation. 

La protection phytosanitaire: Le feu bactérien qui frappe exclusivement les végétaux menace les fruits suisses. Pour les combattre ainsi que d'autres maladies et ravageurs qui attaquent les fruits, les produits phytosanitaires sont indispensables. La thématique de la protection phytosanitaire pose d'importants défis, peu importe que les pommes soient cultivées selon le standard BIO ou en conventionnel. Les produits phytosanitaires sont indispensables pour assurer à long terme une alimentation agrémentée par des pommes suisses. Le défi consiste à trouver un dénominateur commun aux exigences des consommateurs et aux possibilités des producteurs. À noter aussi que l'utilisation de produits phytosanitaires relève du funambulisme, car, si les quantités appliquées sont insuffisantes, les pommes seront exposées sans protection à certaines maladies et insectes. Le producteur de fruits Adrian Seeholzer possède, lui, 18 000 pommiers conduits en basse tige. « Ce serait génial pour tout le monde si des variétés comme Golden Delicious ou Gala étaient résistantes aux maladies fongiques ou aux ravageurs. Ce qui compte est que les recherches se poursuivent sans interruption. À cet égard, nous réfléchissons en termes de générations et non d'années. » Les producteurs de fruits suisses qui cultivent selon le standard Suisse Garantie ont pour mot d'ordre de pratiquer la protection phytosanitaire autant que nécessaire mais aussi peu que possible. Ils sont aidés par la Station fédéral de recherche Agroscope. Celle-ci fournit aux producteurs de fruits par Internet par exemple des pronostics d'évolution pour la lutte contre la tavelure des pommes. Ces mesures portent sur la concentration de spores pathogènes dans l'air.

Produits de fruits


Plus d'articles