Rêves en bleu d’arrière-été

17.08.2017

Rêves en bleu d’arrière-été

Les juteux pruneaux suisses prennent leur temps pour mûrir sur l’arbre tout au long de l‘été jusqu’au bon moment de leur saison entre juillet et septembre. De forme ovale allongée et de teinte bleutée sombre avec une fine pellicule blanchâtre, qu’on appelle pruine, les pruneaux invitent chacun de nous à les savourer. La consommation par habitant est de 1.5 kg.

Une peau avec une fine pruine particulière
Les pruneaux forment à fleur de peau une fine pellicule blanchâtre. Celle-ci, appelée pruine, est une protection naturelle des pruneaux contre le dessèchement. A sa vue intacte, ont peut en déduire que les fruits ont été manipulés avec délicatesse. Cette pruine cireuse n’est pas nocive et peut être consommée sans scrupule, mais elle s’enlève aussi à souhait par simple lavage du fruit à l’eau. Mais si l’on veut conserver quelques jours les pruneaux avant de les consommer, il est préférable de ne pas enlever la pruine des fruits, car ceux-ci perdent ensuite rapidement leur teneur en eau.

Les pruneaux affectionnent la fraîcheur
Comme on vient de le dire, il est recommandé de laver les pruneaux juste avant leur consommation, pour qu’ils maintiennent leur protection naturelle, la pruine, jusqu’au dernier moment. Mis au frigo, les pruneaux peuvent se conserver dans le meilleur des cas durant deux semaines. Un vieil adage dit que les fruits à noyau gardent leur fraîcheur particulièrement longtemps dans une bassine en acier au chrome. Mais cela ne vaut toutefois que pour des fruits en parfait état. S’ils portent des marques de heurts ou autres blessures, il convient de les consommer au plus vite. Sans être entreposés au frais, les pruneaux ne se conservent bien que 2 à 4 jours. S’ils présentent encore une chair très ferme à l’achat, ils peuvent affiner leur maturation à la température ambiante. Mais ceci n’est possible que dans une mesure relativement limitée. Il est recommandé d’acheter des pruneaux mûrs.

Généreux en éléments sains et énergisants
Les pruneaux suisses sont une source d’énergie saine et idéale pour l’entre-deux. Ils sont pauvres en graisse; 100 grammes ne contiennent que 45-50 kcal. Par contre, ils sont riches en vitamines B, vitamines C et vitamines E. Ils contiennent aussi beaucoup de potassium, dont l’importance est reconnue pour le transfert des impulsions des cellules musculaires et nerveuses. Ce qui fait qu’on peut dire que les pruneaux aident à garder en pleine forme le corps et l’esprit.

Un beau fruit bien en chair
Au sujet des origines des pruneaux, on n’en sait pas trop, mais en tout cas de nos jours on les trouve partout, où le climat est tempéré. On suppose que dans un lointain passé, les pruneaux ont eu pour origine les régions asiatiques. On les trouve ensuite dans l’Antiquité en Grèce, puis les Romains en font la culture et la propage en Europe. On compte actuellement près de 2000 variétés de pruneaux. La plus connue et répandue en Suisse est la variété Fellenberg. Parmi les autres, on a les variétés Cacaks Beautyful, Cacaks fertiles, Hanita ou Elena. Chez nous, on ne fait guère la différence entre ces diverses variétés; seuls les Fellenberg sont vendus sous leur nom. Dans l’espace européen, l’Allemagne et la Roumanie font partie des principaux pays producteurs de pruneaux. A l’échelle mondiale, la Suisse ne joue qu’un rôle mineur dans la production de pruneaux, qui est d’env. 3000 tonnes par année sur une surface cultivée avoisinant les 300 ha.

Produits de fruits


Plus d'articles