Voici le temps des fraises suisses

14.05.2020

Voici le temps des fraises suisses

Grâce aux nombreuses heures d’ensoleillement, la saison des fraises indigène démarre avec deux semaines d’avance. Le soleil a gâté les plantes et nous vaut des fruits parfumés. Les producteurs suisses attendent une récolte moyenne à bonne. Ils disposent en ce moment d’assez de personnels auxiliaires, bien que la situation due au Covid-19 continue de compliquer fortement le recrutement. Cette situation est susceptible de changer de jour en jour.

Les cultures ont bien résisté aux gelées tardives qui ont suivi à un hiver très doux. Les fraises suisses sont donc mûres et les quantités cueillies augmentent jour après jour. Le fraisier est cultivé sur quelque 521 (+2 %) hectares en Suisse. Afin de garantir l’approvisionnement indigène, la surface (SGA, bio) cultivée sous abri est restée constante. En 2020, 30,5 % (158.8 ha) des fraiseraies sont équipées d’une protection contre les intempéries. La reine des petits fruits issue de production suisse peut se déguster jusqu’en automne.
 
Les circuits courts garantissent la fraîcheur
En Suisse, il se consomme chaque année quelque 23 000 tonnes de fraises. Un tiers environ est de production suisse, soit quelque 7000 tonnes de fraises. La consommation par habitant et par année est de 2.2 kilogrammes. La fraise est donc le troisième fruit de table indigène en importance au regard des quantités récoltées. Quant à la fraîcheur, les fraises suisses battent à plate couture la concurrence étrangère amenée de très loin. Quiconque est attaché aux circuits courts et à des modes de production respectueux de l’environnement ferait bien d'y regarder à deux fois lors de son prochain achat de fraises.
 
La campagne des fraises en proie à des incertitudes
La situation liée au Covid-19 a fait du recrutement des aides de récolte un enjeu crucial. Si les aides de récolte étrangers sont toujours autorisés à venir en Suisse, le voyage se complique souvent à cause de l’annulation des vols ou de l’absence de liaison par bus.
Grâce au chômage partiel en Suisse, il existe cependant un potentiel en main d’œuvre indigène. La coopération avec des plates-formes comme coople.com ou agrix.ch a donc permis de placer dans les exploitations quelques personnes en recherche d’emploi. Aussi les producteurs ont été surpris en bien par les nombreux retours de la population. Les gens ont été nombreux à s’annoncer directement aux exploitants et à leur proposer leur aide. Cette grande solidarité nous a beaucoup touché et nous remercions la population suisse du fond du cœur.

Informations suplémentaires et photos :
Communiqué de presse
Fiche techniques Petits fruits
Rapport 2020 sur les surfaces plantés en petits fruits
Photos


Plus d'articles