20.06.2022Communiqués de presse

Plus de 2500 tonnes de cerises suisses

La Fruit-Union Suisse (FUS) a ouvert aujourd’hui la saison des cerises suisses à Leuggern (AG). En présence du conseiller d’État Markus Dieth, elle a souligné l’inventivité de la branche et a indiqué que les prévisions pour l’année 2022 étaient excellentes : la population suisse peut se réjouir car elle pourra déguster plus de 2500 tonnes de cerises d’excellente qualité.

La production indigène de cerises a fortement évolué ces dernières années. Les vergers modernes à basse tige se sont imposés et permettent de produire des fruits de haute qualité. Renoncer à la pose de filets et à la protection contre les intempéries paraît inimaginable aujourd’hui puisque ces mesures protègent les cultures de manière durable et réduisent massivement l’emploi de produits phytosanitaires. Les productrices et les producteurs ont réagi ainsi aux exigences accrues des consommatrices et consommateurs, de la société et de la politique. Le conseiller d’État argovien Markus Dieth a souligné cette inventivité à l’occasion de l’ouverture de la saison des cerises indigènes sur la communauté d’exploitation de Urs Zeder et de Reto Erne à Leuggern (AG). En même temps, il a rappelé l’importance de l’arboriculture pour le canton d’Argovie qui se classe à la quatrième place des cantons arboricoles de Suisse avec un rendement annuel de la production de près de 30 millions de francs.

Excellente année pour les cerises
La production de cerises bat son plein. La FUS s’attend à une bonne récolte de plus de 2500 tonnes de cerises d’excellente qualité. La récolte 2022 dépasse ainsi de 25 % la moyenne des cinq dernières années et poursuit la success story : la création de valeur de la production de cerises a été multipliée par deux au cours des 20 dernières années et s’élève à présent à près de 20 millions de francs, et ce dans un contexte qui a fortement changé. En effet, si la demande de cerises à distiller est passée de 10 000 tonnes à près d’un tiers de cette quantité ces 25 dernières années, le volume du marché des cerises de table atteint aujourd’hui environ 6000 tonnes. Notons encore que le taux d’autosuffisance se monte à environ 50 %.

Faire du surplace n’est pas une option
L’évolution positive de la culture de cerises ne va pas de soi. Les évènements météorologiques extrêmes ont fortement augmenté ces dernières années et les pertes de récolte dues au gel tardif étaient particulièrement importantes en 2017 et 2021. Avec l’extension des relations commerciales internationales, de nouveaux ravageurs invasifs se sont de plus introduits en Suisse. En même temps, l’arboriculture doit réduire nettement l’emploi de produits phytosanitaires. Pour pouvoir maîtriser cet énorme défi, elle a besoin de soutien. Bruno Eschmann, le président du centre de produits Cerises et pruneaux de la FUS, a ainsi lancé un appel à la politique et à la science : « Nous avons besoin d’investissements massifs dans une protection phytosanitaire praticable et rentable pour rester sur le chemin de la réussite. De notre côté, nous mettons immédiatement en œuvre les nouvelles connaissances et investissons beaucoup dans une culture encore plus durable. »

Avez-vous des questions ? N’hésitez pas à nous contacter, nous sommes à votre disposition.

Weitere News

27.04.2021Communiqués de presse

Les dégâts causés dans les vergers par le gel ne peuvent pas encore être estimés

Les nombreuses nuits de gel en avril ont causé des dégâts dans différentes cultures. Le Valais a été particulièrement touché. Les dégâts ne peuvent pas encore être chiffrés au niveau national.

25.05.2021Communiqués de presse

Fraises suisses : l’attente est finie

Le printemps pluvieux a retardé la maturité des fraises suisses. Elles sont mûres à présent et les quantités cueillies augmentent chaque jour. La Fruit-Union Suisse s’attend à une bonne récolte d’environ 7000 tonnes.

29.05.2021Communiqués de presse

Plus de cerises suisses qu’attendu

Sur la base de la première estimation de récolte de la fin mai, la Fruit-Union Suisse s’attend à une quantité de 1682 tonnes de cerises de table. Il s’agit d’une baisse de près de 20 % par rapport à la moyenne sur cinq ans.

Ce site web utilise des cookies pour vous soutenir dans votre navigation personnelle. En visitant le présent site web vous acceptez l’utilisation de cookies conformément à notre déclaration de confidentialité. Veuillez lire cette dernière pour en savoir plus sur la manière dont nous utilisons les cookies et dont vous pouvez gérer ces derniers.

Accepter